RASSEMBLER CE QUI EST EPARS

Publié le par mediadroite.over-blog.com

jean-francois touzePar Jean-François Touzé

 

Dans moins de quinze mois, la France aura rendez-vous avec son destin.


Les promesses, pendant toute l'année qui vient, ne manqueront pas qu'entendront seulement ceux qui veulent encore y croire, oubliant ainsi trente ans de mensonges, de reniements et d'échecs.


Renvoyant dos à dos l'UMP et le PS, d'autres appelleront nos compatriotes à faire le choix redoutable d'une aventure national- populaire qui n'aurait pour conséquence que de faire de la France une nouvelle Corée du nord.


Les Républicains ne pratiqueront jamais la politique du pire et sauront prendre leurs responsabilités. Mais si nous voulons que notre pays se préserve de toute fuite en avant, échappe à une nouvelle expérience socialiste qui ne pourrait que nous conduire à la ruine et à le dislocation, il ne peut  désormais être question pour nous signer le moindre chèque en blanc à une prétendue droite dont nous n'ignorons pas qu'elle finit toujours par tomber du coté où elle penche.

 

s savons qu'il n'y a pas de fatalité et que nous sommes conscients des rapports de force à  instituer, nous pensons qu'il est indispensable, nécessaire et vital qu'une femme ou un homme représentant la droite de conviction soit présent à l'élection présidentielle de 2012 et fasse entendre la voix de l'espoir patriote et libéral.


Ce candidat devra proposer à nos compatriotes un projet et être habité d'une ambition.


Le projet devra d'abord tendre à la fin du carcan socialiste qui nous étrangle et nous tue. Un projet ou les mots de dérèglementation, de libertés, de détaxation, de compétitivité, d'initiatives, d'inventivité, d'énergies créatrices, d'ouverture et de concurrence seront autant d'idées-force, mais où ceux de rigueur et de réduction des déficits ne devront pas, pour autant, être tabous.


Un projet où la sécurité, la paix civile, l'unité républicaine, la laïcité, l'ordre et la loi, ne seront pas seulement des termes commodes destinés à rassurer et endormir.


Un projet qui donnera à nos forces armées et à notre police les moyens matériels et moraux de leurs missions.
Un projet où  valeurs judéo-chrétiennes et principes républicains seront réaffirmés et défendus tout comme le sera le rôle indispensable de la famille.


Un projet où la décentralisation deviendra une réalité nationale.


Un projet enfin qui saura dessiner à la France du troisième millénaire une ambition: celle d'être, fidèle ainsi à sa vocation universelle, à l'initiative d'une nouvelle alliance occidentale, dépassant ainsi la quadrature du cercle que constitue le double piège de l'impossible construction européenne mais des archaïsmes d'un retour à la France seule. Une véritable confédération des nations du monde libre. Une union civilisationnelle à laquelle pourraient s'agréger toutes les démocraties planétaires. Une union économique, commerciale, diplomatique et militaire dans le respect des souverainetés et des spécificités nationales.


Nous y reviendrons bientôt.


Pour l'heure, il est urgent que tous ceux qui se retrouvent dans une volonté de porter haut une ambition libérale et conservatrice, patriote et occidentale, se rencontrent au plus vite et envisagent ensemble les conditions d'une telle candidature. IL faut que cesse l'éparpillement de nos énergies.


Les égo, les susceptibilités, les méfiances, les mauvais souvenirs doivent céder le pas à la détermination et à l'ambition collectives.


En un mot, il est temps de rassembler ce qui est épars.

Commenter cet article